Fuite de données - Les plaintes à la CNIL ont augmenté de 30 % en 2018

Mardi 23 juillet 2019

Fuite de données - Les plaintes à la CNIL ont augmenté de 30 % en 2018

En 2018, la CNIL a reçu un nombre records de plaintes relatives à des fuites de données personnelles. C’est simple : celles-ci ont augmenté de 32 % en 2018 par rapport à l’année précédente. Il semblerait d’ailleurs que les Français aient enfin pris conscience des enjeux du RGPD.

En 2018, la tendance ne s’est toujours pas inversée

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en vigueur dans toute l’Union Européenne le 25 mai 2018. Sa médiatisation a permis à de nombreux Français de prendre conscience des enjeux relatifs à la protection des données. Cependant, c’est l’effet inverse du côté des entreprises, qui semblent toujours moins attentives aux règles du dispositif. À tel point qu’en septembre 2018, la CNIL annonçait avoir reçu un nombre record de plaintes pour violations du RGPD.

Près d’un an plus tard, on constate que la tendance ne s’est toujours par inversée. Rien qu’en 2018, la CNIL a reçu 11 077 plaintes contre 8 300 en 2017. Et dans plus d’un tiers des cas, les plaintes concernent la diffusion de données sur internet et en réclament la suppression immédiate.

La CNIL se montrera maintenant plus stricte

Jusqu’ici, les autorités de protection des données développaient surtout une démarche d’accompagnement auprès des organisations afin de les aider à se conformer à la nouvelle loi en vigueur. Toutefois, devant l’explosion du nombre de plaintes, la CNIL a annoncé aux entreprises qu’elle se montrerait dorénavant plus stricte en cas d’infraction au RGPD. Il est bon de rappeler que les administrations et entreprises enfreignant le RGPD risquent une amende pouvant atteindre 20 millions d’euros ou 4 % de leur chiffre d’affaires annuel.

En 2018, 310 contrôles ont été effectués, dont 49 ont découlé sur une mise en demeure et 11 ont entraîné des sanctions. Parmi les entreprises sanctionnées par la CNIL, il y a bien évidemment Google, qui devra verser une amende de 50 millions d’euros, ainsi qu’Uber, condamné à hauteur de 400 000 €, sans oublier Bouygues Telecom, Dailymotion et Optical Center, entre autres. Besoin de faire détruire vos disques durs et documents confidentiels ? Contactez Destrudata !

Retour aux actualités